* ¬ę¬†Ce long chemin parcourant cette cha√ģne de montagne: Les Pyr√©n√©es!¬†¬Ľ

√Čtape 1: ¬ę¬†HENDAIA – DONIBANE GARAZI¬†¬Ľ (Hendaye – Saint Jean Pied de Port)

Cela faisait un bon nombre d’ann√©es que j’esp√©rais pouvoir, un de ces quatre r√©aliser cette Travers√©e des Pyr√©n√©es. Cette montagne, que ¬ę¬†La Vanille des Pyr√©n√©es¬†¬Ľ et moi, nous essayons de d√©couvrir depuis tant d’ann√©es et aussi, vous la faire partager au travers de nos balades au Pays Basque, en Haut-B√©arn et parfois un peu plus loin sur la Cha√ģne. Le projet avait √©t√© envisag√© l’ann√©e derni√®re (2019) sur une vingtaine de jours en empruntant la route la plus directe, sillonnant entre la France et l’Espagne par ce m√™me GR10 et son petit fr√®re espagnol , le GR11. Cette √©ventualit√© aurait d√Ľ nous donner l’espoir de pouvoir respecter ce d√©lai (d’une vingtaine de jours), par un trac√© de 200 kilom√®tres de moins que la totalit√© du GR 10 qui en fait quant √† lui, un peu plus de 850 kilom√®tres! Mes engagements professionnels et mes obligations familiales, ne nous ont malheureusement pas permis de mener √† bien ce petit r√™ve montagnard. On esp√®re qu’√† la fin de ce r√©cit, on pourra vous confirmer que c’√©tait bien de ¬ę¬†RECULER POUR MIEUX S’√ČMERVEILLER!¬†¬Ľ

Les engagements professionnels de 2020 ne nous laissaient pas non plus, en d√©but d’ann√©e, entrevoir cette possibilit√©! Mais la situation sanitaire de ces derniers mois que nous avons tous connu et v√©cu, a entrain√© pour nous de grosses modifications √† nos pr√©visions d’encadrement. L’id√©e et le souhait de la reprogrammer pour cette ann√©e, a regerm√© et c’est en cette fin de mois de mai que nous avons d√©cid√© de d√©buter ce long chemin. Dans l’impossibilit√© de pouvoir envisager cette Travers√©e d’une seule traite, pour les m√™mes raisons que l’ann√©e derni√®re, nous avons donc fait le choix de l’entreprendre par une succession de petits s√©jours, en esp√©rant que ces derniers puissent nous conduire jusque Banyuls avant la fin de cet √©t√© 2020!

√áa y est! C’est en ce jour de l’Ascension (dr√īle de co√Įncidence!!) que nous nous faisons d√©poser √† Hendaye pour poser nos premiers pas, nos premi√®res impressions, nos premiers ¬ę¬†Merci!¬†¬Ľ, nos premiers ¬ę¬†Au revoir!¬†¬Ľ… sur cette longue sente. Je v√©rifie mon sac, jette un regard admiratif sur la Grande Plage d’Hendaye, le Massif du Ja√Įzkibel et les Deux Jumeaux, et nous voil√† en route dans les rues d’Hendaye pour ces premiers hectom√®tres, d’un parcours citadin mais tr√®s rapidement embelli par la qui√©tude de la Baie de Chigoundy en cette heure tr√®s matinale! Il n’y a que les ¬ę¬†runneuses et runners¬†¬Ľ matinaux qui croiseront notre regard rempli de joie et de bonheur, √† l’id√©e de d√©buter ce chemin!

Anou la zordi la! Parkoté Péi Bask anba laba! Dann mon tèt, antrin kroiz dé vwa! An natendan ékri pou zot zistwar la!*

*Nous voil√† aujourd’hui ici! Du c√īt√© du Pays Basque en bas l√†-bas! Dans ma t√™te, des voix s’entrecroisent! En attendant de vous √©crire cette histoire l√†!

Ces premiers kilom√®tres sur les hauteurs d’Hendaye et de B√©hobie, nous permettent de prendre la dimension du long chemin qui est encore devant nous! Mais quel bonheur que de se savoir enfin sur celui-ci! Nous rejoignons assez rapidement ¬ę¬†Biriatou¬†¬Ľ, cette petite bourgade frontali√®re au pied de fleuve frontalier lui aussi ¬ę¬†la Bidassoa¬†¬Ľ, o√Ļ nous venons quelques fois dans l’ann√©e pour conduire des groupes et des familles vers le Mont Calvaire, le sommet du Xoldokogaina et son magnifique lac… Nous manquerons pas malgr√© tout de se poser un instant afin d’admirer pour une √©ni√®me fois les Massifs des Trois Couronnes (les Pe√Īas de Haya) et du Ja√Įzkibel, au loin la somptueuse ville de Sans√©* (Saint S√©bastien ou encore Donostia en Basque!), le ¬ę¬†Toit du Labourd¬†¬Ľ (La Rhune)… Il faut dire qu’il est difficile arriv√© au sommet du ¬ę¬†Xoldo¬†¬Ľ de ne pas rester contemplatif face √† l’immensit√© des beaut√©s de la nature tout azimut! Il est temps de reprendre notre route vers le Col d’Ibardin, ce col frontalier lui aussi, o√Ļ les locaux et touristes viennent faire quelques emplettes dans ces nombreuses ¬ę¬†ventas¬†¬Ľ. Ces √©tablissements √©taient √† leurs premi√®res heures destin√©s √† la restauration. Leurs noms √©manent du fait qu’ils proposaient √©galement √† la vente quelques produits de premi√®re n√©cessit√©. Les prix √©tant plus attractifs depuis tr√®s longtemps en Pays Basque Sud, ces √©tablissements se sont transform√©s au fil du temps en de grands supermarch√©s, l’√©ventualit√© de pouvoir boire ¬ę¬†una cerveza y comer algunas tapas*¬†¬Ľ (une bi√®re et manger quelques tapas) est toujours possible!

Repassons la fronti√®re de notre c√īt√©! Eh OUI, durant quelques hectom√®tres √† ce col, nous sommes vraiment en ligne fronti√®re. Le chemin doit nous mener vers le ¬ę¬†Ziburrumendi¬†¬Ľ (La montagne de Ciboure) et sur les pentes de la montagne des Labourdins: La Rhune pour se poursuivre vers Sare, ce village o√Ļ l’histoire de la contrebande n’a pas fait que d’√™tre qu’une l√©gende! Nous choisissons √† ¬ę¬†Intzola¬†¬Ľ de s’accorder un petit d√©tour pour aller rendre visite √† nos Dames: La Petite et on va dire la Grande Rhune! Il nous semblait impardonnable d’entamer par la Travers√©e du Pays Basque sans aller dire ¬ę¬†bonjour¬†¬Ľ √† ¬ę¬†Larrun¬†¬Ľ, ce sommet embl√©matique dominant le Labourd et la C√īte d’Argent, et rendu c√©l√®bre entre autres, par l’Imp√©ratrice Eug√©nie de Montijo (√©pouse de Napol√©on III) qui la gravit pour la premi√®re fois en 1859.

Soley fyne byen l√©v√©! Lo kor la anvi d’bouz√©. Rotrouv’ so bann senti√© byen l√©m√©. Pou rand’ mon lespri son lyb√®rt√©!*

*Le soleil est d√©j√† bien haut dans le ciel! le corps n’a qu’une envie, c’est de se d√©gourdir. De retrouver ces sentiers tant appr√©ci√©s. Afin de rendre √† mon esprit sa libert√©!

Encore un beau moment de contemplation l√†-haut et un bon ¬ę¬†Fanta¬†¬Ľ pour se redonner un peu de sucre et de force, nous voil√† en direction de Sare! Nous ne voyons pas cette journ√©e d√©fil√©e mais OUI, le temps passe et nous sommes presque au bout de cette premi√®re journ√©e! Les quelques heures devant nous, nous permettent malgr√© tout de rejoindre le ¬ę¬†Pont du Diable¬†¬Ľ, ce magnifique petit coin de bivouac non loin de ¬ę¬†Dantcharria¬†¬Ľ et du village d’A√Įnhoa. Nous aurions pu rejoindre ce dernier mais la qui√©tude du lieu, ses possibilit√©s de bivouac et sa proximit√© avec la ¬ę¬†Nivelle¬†¬Ľ, ne nous font pas h√©siter longtemps pour y passer la nuit et surtout prendre un bon bain dans la rivi√®re. Au r√©veil, le corps et les muscles engourdis, nul doute! On s’est bien accord√© une TR√ąS BELLE et LONGUE √ČTAPE hier! Il faudra dor√©navant ne pas se laisser griser par ces d√©couvertes et red√©couvertes, si on souhaite atteindre notre destination esp√©r√©e pour ce premier s√©jour sur cette MAGNIFIQUE Travers√©e du Pays Basque, dans un premier temps! Nous devons reprendre notre chemin, c’est vers A√Įnhoa tr√®s rapidement, puis vers le Col des Trois Croix que nous allons poursuivre notre p√©riple durant cette deuxi√®me matin√©e. La m√©t√©o nous offre son sourire comme la veille, le temps est tr√®s ensoleill√© et chaud, on ne va pas s’en plaindre, mais il va falloir bien s’hydrater et veiller √† ses efforts!

Rienk bana mèm i gainy dyr, Si tèrla in bonpé souvnyr! Bana mèm i koné par isi lavnyr. Antouka par isi nou espèr zot nora lo souryr!*

*Il n’y a bien qu’eux qui peuvent le dire, (les anciens qui sont pass√©s et repass√©s par l√†!) Si √† cet endroit, beaucoup de souvenirs! Eux m√™mes savent ici l’avenir. En tout cas, ici nous esp√©rons que vous aurez toutes et tous le sourire!

Arriv√© proche du Col de Zuharretako, l’envie ne manque pas d’aller photographier ce beau et grand ¬ę¬†Ikurrina¬†¬Ľ (drapeau basque) au sommet du Mondarrain. La couverture nuageuse a rapidement gagn√© les hauteurs et le sommet y est pris, nous d√©cidons donc de poursuivre notre route vers le ¬ę¬†Col des Veaux et de Mehatse¬†¬Ľ, en esp√©rant que les ¬ę¬†Pe√Īas d’Itchusi¬†¬Ľ sauront nous accorder de superbes ballets a√©riens avec ce haut lieu de nidification du Vautour fauve, √† l’√©chelle europ√©enne! La descente via le ¬ę¬†Col d’Espalza¬†¬Ľ n’est pas des plus faciles avant d’arriver √† Bidarra√Į et sur ses hauteurs, o√Ļ nous souhaitons y passer notre deuxi√®me nuit. La nuit sera fra√ģche et humide, et c’est un peu pour ces raisons qu’au r√©veil, le camp est vite fait pli√© pour se mettre rapidement en marche vers cette difficult√© notable qu’est le Pic et les Cr√™tes d’Iparla. J’avais un peu oubli√© d’ailleurs la difficult√© de cette mont√©e, surtout par ce jour o√Ļ mon sac n’est pas des plus l√©gers! C’est un point sur lequel je devrai retravailler pour la suite, on emporte toujours des affaires qui ne quittent pas beaucoup voire pas du tout le sac! Sachez que ce Pic d’Iparla est le premier 1000 m√®tres (1044m) en venant de la C√īte Atlantique, et ses cr√™tes ou falaises (√ßa d√©pend comment on le voit ou qu’on l’interpr√®te!) sont d’une beaut√© ind√©finissable mais aussi tr√®s a√©rienne. Elles sont certainement parmi les plus beaux sites de randonn√©e du Pays Basque Nord. Si vous choisissez cette r√©gion atypique, que je vous recommande d’ailleurs, comme future destination de vacances. Adeptes de la randonn√©e vous ne serez pas d√©√ßus d’aller tra√ģner par l√†-haut, par une belle journ√©e!

Nou la mont’ la Kr√®t ¬ę¬†Iparla¬†¬Ľ. Mwin t√© fyne oubly√© koman t√© i grimp’ t√®rla! A li l√© dyr baya! Sirtou ek gro sak la! Tipa tipa na rozwinn dovan laba!*

*On a mont√© la Cr√™te d’Iparla. J’avais d√©j√† oubli√© comment √ßa grimpait √† cet endroit! Ah qu’elle est dure mon gars! Surtout avec ce gros sac l√†! Petit pas √† petit pas on rejoindra devant l√†-bas!

Arriv√© au sommet d’Iparla, une petite photo pour attraper un petit souvenir et nous ne tardons pas √† reprendre notre route vers le Col d’Harrieta o√Ļ nous avons pr√©vu d’amorcer notre descente vers Saint √Čtienne de Ba√Įgorri. Ce n’est pas la trace du GR10, mais nous souhaitons cette petite virgule par Urdoz o√Ļ nous savons que nous allons rencontrer une qui√©tude compl√®te dans cette descente! Nous √©tions d√©j√† descendu par l√† lors d’une √©dition de l’Euskal Trail et j’avais le souvenir de ce sentier ramenant √† Saint√© juste au-dessus du village d’Urdoz. Juste au dessus de ce m√™me village, nous d√©cidons de nous arr√™ter pour la pause ¬ę¬†repas¬†¬Ľ et surtout pour sortir les pieds de ses baskets car les crevasses dues aux pieds mouill√©s depuis le d√©but de la journ√©e, commencent √† se faire douloureusement ressentir. Un repas sur le pouce et un petit caf√©, question de se r√©chauffer un peu! Cette bruine, certes l√©g√®re depuis ce matin est bien p√©n√©trante! Allez, il ne reste plus grand chose jusque Saint√© o√Ļ nous pensons faire une pause et peut √™tre manger un petit quelque chose dans une boulangerie… Hum! je me languis d√©j√† de ce g√Ęteau basque! C’√©tait omettre que le sentier que j’avais emprunt√© durant l’Euskal √©tait compl√®tement an√©anti par les ronces et les aub√©pines. Je n’ai franchement pas envie de faire le sanglier! Nous d√©cidons donc de poursuivre par la route pour √™tre s√Ľr, jusque la D948. Il est impensable de remonter jusqu’au Col d’Harrieta pour reprendre le GR10! Dans tout √ßa, quelques heures de perdu et nous arrivons √† Ba√Įgorri, en fin de journ√©e. Le temps toujours maussade m’incite pas √† reprendre notre progression vers l’O√Įlando√Į et le Munhoa. Au vu de la m√©t√©o, je pr√©f√®re me caler √† c√īt√© des toilettes publics du village offrant un coin o√Ļ dormir au sec et surtout faire s√©cher un peu les affaires. Cette nuit sera r√©paratrice et bienfaisante et c’est √† une heure assez matinale que nous reprenons notre gros baluchon en direction de Donibane Garazi (Saint Jean Pied de Port).

La caz l√© la! Pa an l√®rba m√© si mon do. Li donn’ aou traka… M√© tank l√© bo. Nou kont pa! Alor nou tyenbo!!*

*La maison est l√†! Pas l√†-haut mais sur mon dos. Elle nous donne du tracas…Mais tant que c’est beau. On ne compte pas! Alors on r√©siste avec force!!

C’est aux aurores que nous traversons ¬ę¬†Baigorri¬†¬Ľ, pas un chat, pas un bruit, et nous voil√† rapidement sur ses hauteurs et les jambes de l’O√Įlando√Į. Les sonorit√©s matinales de la nature sont extraordinaires, c’est l√† qu’on entend le mieux le r√©veil des oiseaux, que l’on peut encore surprendre le renardeau dans sa qu√™te de fin de nuit… La ros√©e et l’humidit√© de la veille, nous r√©veille bien les pieds √©galement! Je crois que c’est la chose que j’aime le moins de toute cette qui√©tude matinale. Tr√®s rapidement les pieds sont tremp√©s et les d√©buts de crevasses de la veille ne mettent pas longtemps eux aussi √† se r√©veiller! Bref, il faut avancer! ¬ę¬†Ti lamp, ti lamp¬†¬Ľ(Petit pas √† petit pas), nous rejoignons Le Munhoa et dans la brume et cette humidit√© persistante, j’aime personnellement ces escapades solitaires, seul avec soi m√™me avec le seul bruit de la nature et ces interpellations que tes yeux cherchent tout de suite √† mettre une image dessus! Les bruits d’un d√©part furtif d’un oiseau et son cri d’alarme, leurs chants si poussifs en cette p√©riode nuptiale pour eux, l’aboiement d’un isard qui me dit ¬ę¬†Pourquoi est tu l√† de si bon matin?¬†¬Ľ (Eh OUI! J’anticipe mais nous nous sommes vus un matin et parl√©, ce sera un peu plus loin dans ce r√©cit que j’aurai l’occasion de vous en parler si d’ici l√† je ne zappe pas cet excellent moment de montagne! JE NE PENSE PAS!!)

La fami l√© la! Nou la fyne p√©t√®t oubly√© ke nout tout’ n√©na son PAPA!! Ali m√®m i mont lo somin po ke nout tout’ i gainy war dovan laba, li sava, in not i arvyen prann son plas par laba! Li l√© touzour odesi konm BOUK la! Si ali res t√®rla, bana pa p√®r ti boug ¬ę¬†amwin m√®m i ariv’ dovan zot laba!!*

*La famille est l√†! On d√©j√† peut √™tre oubli√© que nous avons tous notre PAPA!! (Celui qui dans chaque famille surveille et dirige le troupeau) C’est lui m√™me qui montre le chemin pour que nous tous nous puissions voir le chemin devant, il part (le d√©c√®s malheureusement et in√©vitablement), un autre viendra prendre sa place la vie les si√®cles passant! Elle/Il est toujours au dessus comme ce BOUC l√†! Si elle ou lui reste plant√© l√† devant nous, le reste de la fratrie n’a pas peur de cet homme ¬ę¬†moi-m√™me qui arrive face √† eux devant l√†-bas!! Une pens√©e √† nos patriarches dans le vieux sens du terme, qu’ils soient homme ou femme, je trouve personnellement que nos soci√©t√©s modernes ont d√©lib√©r√©ment tu√© cet h√©ritage tellement important pour toutes g√©n√©rations que la plupart de ces brebis que nous sommes sont √©gar√©es de ce qui avait √©t√© bien transmis jusqu’√† peu! Esp√©rons que les g√©n√©rations futures retrouveront cet h√©ritage perdu et reviendront √† des choses bien plus fondamentales m√™me si nous devons continuer √† avancer avec cette modernit√©, cette fausse intelligence qui nous conduit petit √† petit √† notre fin. Peut √™tre est-ce l√† notre DESTIN√ČE!

Une douleur s’est r√©veill√©e derri√®re le genou droit depuis la veille, √† froid, elle se fait ressentir comme un d√©but de tendinite mais √† chaud, √ßa va beaucoup mieux! On va descendre tranquillement jusque ¬ę¬†Donibane Garazi¬†¬Ľ (Saint Jean Pied de Port) et on avisera la suite l√†-bas. C’est apr√®s une longue descente que nous arrivons √† Lasse, quelques kilom√®tres sur le ¬ę¬†macadam¬†¬Ľ (c’est aussi √ßa le GR 10, des portions goudronn√©es parfois, pour rejoindre et quitter les villes et villages ¬ę¬†√ČTAPE¬†¬Ľ) pour traverser dans un premier temps ¬ę¬†Uhart-Cize¬†¬Ľ et arriv√© √† ¬ę¬†Donibane¬†¬Ľ! √áa fait quelques jours que j’ai envie de ce g√Ęteau basque (¬ę¬†Etxeko Bixbotxa¬†¬Ľ en basque) et je ne me fais pas prier pour en prendre une part dans la boulangerie situ√©e √† proximit√© de la porte Ouest des remparts fortifi√©s de la ville. √Ä froid, la douleur derri√®re le genou est fortement pr√©sente et me fait m√™me boitiller! Je prends le temps de la r√©flexion et je n’y mets pas longtemps √† la prendre: ma saison professionnelle, apr√®s cette longue tr√™ve forc√©e va reprendre, il est hors de question de la d√©buter avec une ¬ę¬†√©pine¬†¬Ľ derri√®re la jambe. Je d√©cide donc de m’arr√™ter l√† pour ce premier tron√ßon, il est temps de se reposer un peu, nous avons bien profiter, bien voyager et bien avancer durant ces quelques jours et l’√©t√© est encore long pour profiter de ce long chemin! J’appelle Toto, mon POTE cr√©ole de Labenne pour savoir s’il est en mesure de venir me r√©cup√©rer √† ¬ę¬†Garazi¬†¬Ľ. Nous prenons le temps d’une petite pause ensoleill√©e jusqu’√† son arriv√©e, dans l’aire gazonn√©e jouxtant la Porte Ouest! Le rendez-Vous est donn√© (dans ma t√™te) √† dans quelques semaines pour la poursuite de cette si belle aventure, soit seul, mais personnellement j’aime ces moments de solitude avec moi m√™me et la ¬ę¬†NATURE¬†¬Ľ o√Ļ nous √©changeons nos sentiments, nos difficult√©s, nos regards… sans jugement, √† priori… un tel luxe dans ce monde d’aujourd’hui!

Desizyon dyr po prann, ali m√®m i f√© aprann, i f√© conprann, lo bon somin, lo bon voi, lo bon soi…pou entreprann! Ali m√®m i fo pa atann, parse ali m√®m i f√© kou gainy arprann!*

*D√©cisions dures √† prendre, ce sont par elles-m√™me que nous apprenons, que nous relativisons et comprenons, les bons chemins, les bonnes voies/voix, les bons choix… pour entreprendre! Ce sont elles-m√™mes qui font que tu puisses poursuivre ton chemin quel qu’il soit!

√Čtape 2: ¬ę¬†DONIBANE GARAZI – LA PEYRE DE SENT MARTIN¬†¬Ľ (Saint Jean Pied de Port – La Pierre Saint Martin)

Ce cr√©neau est inesp√©r√© en ce d√©but du mois de juin, il sera pas long mais il va nous permettre de poursuivre un bout de ce chemin encore plus loin sur la Cha√ģne! Toto encore une fois (MILLE MERCIS √† toi!) me d√©pose avant sa longue journ√©e de boulot √† ¬ę¬†Donibane¬†¬Ľ, un luxe car je suis seul √† d√©ambuler sur grande art√®re traversant Saint Jean Pied de Port avant de ¬ę¬†breaker¬†¬Ľ √† droite en direction de ¬ę¬†√áaro¬†¬Ľ et un peu plus loin d'¬†¬ĽEsteren√ßuby¬†¬Ľ. J’avais jusque l√† tr√®s peu fr√©quent√© ces petites bourgades jouxtant ¬ę¬†Donibane¬†¬Ľ, et je suis √©tonn√© de voir cette tradition qu’on retrouve beaucoup en Navarre quant √† la forme donn√©e par les pierres de taille en gr√©s roses sur la fa√ßade principale de l¬†¬ĽEtxe¬†¬Ľ (la Maison, tellement plein d’histoires et de traditions ici au Pays Basque!): une forme de bouteille entourant la porte d’entr√©e et remontant au dessus de celle-ci jusqu’en dessous de la toiture. Rapidement nous allons rejoindre les hauteurs de cette autre bourgade pour aller rejoindre le d√©but de la difficile mont√©e au pied de la ¬ę¬†Borda Intzarazki¬†¬Ľ (bergerie) et sortir au Col d’Irau. La pose d√©jeuner se fera ici sur ce col ¬ę¬†reposoir¬†¬Ľ, les b√™tes, ici les ¬ę¬†Manechs¬†¬Ľ √† t√™te noire et rousse (race atypique du Pays Basque, il y aurait plus ancestrale qu’on appelle ici la ¬ę¬†Sasi Ardia¬†¬Ľ (brebis des broussailles) ou encore la ¬ę¬†Gorri Ttipia¬†¬Ľ( la Petite Manech),elle en serait √† leurs origines!

Pat Nwar, Pat Gardyen Volkan, sa mèm mon terin! Péi la mon rin! Ali mèm mwin la bezwin! In Manech parolèr!*

*√Ä pattes noires, √† pattes rousses, l√† est mon terrain! C’est bien ce pays (le Pays Basque) mon lien de sang, mon support vital et moral! C’est bien lui dont j’ai besoin! Une MANECH conteuse!

Nous reprenons notre chemin vers les Cromlechs d'¬†¬ĽOkabe¬†¬Ľ, non sans effort pour arriver √† ses pieds et se rappeler que ces vestiges sont pos√©s l√† depuis des mill√©naires! Les hommes avaient un profond respect pour leurs d√©funts, un sentiment d’un vrai lien avec ses a√Įeuls, avec cette qu√™te de les rapprocher des cieux, pour qu’ils les prot√®gent et veillent s√Ľrement! Ce site est magnifique et impose le respect, la sagesse, le calme… √áa tombe bien, nous sommes bien seuls depuis le d√©but de cette Travers√©e, le Pic d’Ohry, au fond l√†-bas dans les nuages nous fait un signe de la main! ¬ę¬†Egun On! Adiu! Tu viens nous rendre une petite visite? √áa fait bien longtemps que tu n’es pas pass√© par chez moi! Eh OUI, c’est bien vrai! On verra √ßa demain le moment venu! Nous reprenons notre route vers les Chalets ¬ę¬†Pedro¬†¬Ľ et d'¬†¬ĽIraty-Cize.

Sa par lot’kot√© la For√© Irati, laba sousi ou obli, in tan pou r√©panti, la ou wa oussa i l√© la vi!*

*√áa c’est l√†-bas du cot√© de la for√™t d’Iraty, en son seing tes soucis tu oublies, un temps √† se repentir, l√† o√Ļ tu vois o√Ļ est la vie!

La journ√©e n’est pas termin√©e mais la question se pose lorsque nous arrivons au niveau des ¬ę¬†Chalets d’Iraty. Mon chargeur auxiliaire pour mon t√©l√©phone ne charge quasi plus. Si je n’arrive pas √† le charger un minimum, je n’ai plus, d’une part un moyen de s√©cu fiable au cas o√Ļ, en cas de… et de plus, je ne peux plus appeler ma femme. Je d√©cide donc de m’arr√™ter au restaurant des Chalets afin de boire une bonne bi√®re et de qu√©mander une recharge compl√®te de mon t√©l√©phone. C’est d√©cid√©, je planterai la tente sur les places hautes des Chalets d’Iraty, au niveau de l’aire de jeu des enfants. Il n’y a quasi personne dans les Chalets et je ne vais pas d√©ranger grand monde l√† haut. Quelques clich√©s pour immortaliser ce moment, dans cette ambiance particuli√®re de cette fin de journ√©e o√Ļ la mer de nuage est juste en dessous de nous au niveau du Col d’Organbidexka, ce mythique col tr√®s pris√© et connu de tous les ornithologues europ√©ens et m√™me mondiaux venant admirer le ballet des oiseaux migrateurs √† leur arriv√©e et retour de migration!

 

In gayar ti moman deor an lèrla koté Chalé Irati, lo fé la fé mon bann zami, fatigé mwin la byen dormi, zétwal té i ri!*

*Un superbe moment de bivouac en haut l√†-bas du c√īt√© des Chalets d’Iraty, le feu m’a bien tenu compagnie comme mes amis, fatigu√© que j’√©tais j’ai bien dormi, m√™me les √©toiles en ont profit√© pour en rire!

Au r√©veil, comme √† l’accoutum√© je plie vite mes affaires, je chauffe un peu d’eau pour un bon caf√©, une bonne poign√©e de fruits secs et nous voil√† √† nouveau pr√™t pour reprendre notre chemin! Un autre questionnement me tourmente en sirotant ce caf√©: j’opte pour le choix de partir vers la Cr√™te d’Organbidexka puis vers le Pic d’Ohry pour le gravir? Comme je vous l’avais dit hier, √ßa fait un bon nombre d’ann√©es que je n’y suis pas mont√© et l’envie me trotte! De plus que par la suite, je peux faire toute la ligne de cr√™te pour rattraper directement les Gorges d’Holzarte. Cet itin√©raire me demande de garder un minimum mon t√©l√©phone allum√© pour suivre cette trace, je ne peux me le permettre, mon chargeur auxiliaire est quasi HS! Je prendrai donc la trace normale du GR 10 vers le Pic des Escaliers dans un premier temps pour le contourner et filer quasi tout en descente vers le Pont de Logibar. C’est derri√®re ce fameux Pic des Escaliers que je vais avoir la surprise au matin de rencontrer Monsieur le Isard. Quelques aboiements et ¬ę¬†tout schuss!¬†¬Ľ dans la pente pour me fuir tr√®s rapidement! C’est impressionnant de constater et de voir leur capacit√© √† grimper! (Il parait qu‚Äôil peut grimper 1500m+ en un 1/4 d’heure, √ßa laisse pantois!). J’arrive en fin de matin√©e vers le G√ģte √Čtape ¬ę¬†Le Logibar¬†¬Ľ juste avant la grosse ond√©e! Je d√©cide donc de me poser l√† jusque la fin de cette averse. Pourquoi ne pas profiter pour un bon repas, je ne me ferai pas prier pour l’Entrec√īte-Frites, accompagn√©es d’une bonne bi√®re et d’un quart de rouge. Il est 15h quand je repars de ¬ę¬†Logibar¬†¬Ľ et je n’ai pas bien mesur√© le morceau qui me reste √† avaler jusqu’√† Sainte Engr√Ęce (une √©tape du GR 10 qui se fait par un marcheur normal en une journ√©e). J’embo√ģte le pas, la pluie refera son apparition par intermittence, et les heures passant, je commence √† me bien faire √† l’id√©e que c’est belle et bien un peu avant la tomb√©e de la nuit que je rejoindrai ce village marquant la fin de la Travers√©e du Pays Basque. Il est 20h30 quand j’arrive √† Sainte Engr√Ęce, un brin tremp√© en plus! Je ne me ferai pas prier l√† non plus pour aller qu√©mander une petite place pour la nuit au G√ģte. Un grand MERCI au g√ģte ¬ę¬†Elichalt¬†¬Ľ pour leur gentillesse et leur accueil!

Kissa i tap anou an l√®rba? In linpresyon d√®t dann so ti mond’ dovan mwin lo Rwa! Mwin la pa anvi artravers’ matela la, anon res si an o a t√®rla!

*Qui peut nous atteindre l√†-haut? Une impression d’√™tre dans ce petit monde devant moi le Roi! Je n’ai pas envie de retraverser ce matelas √† nos pieds, pourquoi ne pas rester l√† ici en haut et l√† m√™me!

On est au sec, et je peux d√©baller toutes mes affaires, elles ne s√®cheront pas toutes mais c’est d√©j√† √ßa et la nuit dans un lit fait du bien m√™me si bizarrement j’ai beaucoup moins bien dormi que la veille. Apr√®s un bon petit d√©jeuner, il est temps de reprendre notre chemin en direction de ¬ę¬†La Peyre de Sint Martin¬†¬Ľ (La Pierre Saint Martin). Un coin de la Soule que je connaissais peu jusque l√† et tr√®s content de me retrouver sur ses sentes de bon matin. Le d√©cor est grandiose, le monde animal et v√©g√©tal se r√©veille dans ce coin karstique des Pyr√©n√©es, le sentier sillonne dans des petites gorges calcaires, on comprend mieux la pr√©sence des impressionnantes ¬ę¬†grottes de la Verna¬†¬Ľ dans cette r√©gion. La mont√©e est longue et dure dans cette magnifique h√™traie-sapini√®re, t√©moignant tr√®s bien l’√©tage montagnard que nous traversons. Nous sortons de cette for√™t au niveau de la Cabane d’Escuret de Bas, et il faudra encore une bonne heure ou pas loin pour arriver au Col de La pierre Saint Martin. Je ne l’ai pas dit, mais √ßa y est! Nous avons mis le pied en ¬ę¬†Haut B√©arn¬†¬Ľ et plus pr√©cis√©ment en Vall√©e du Bar√©tous. La m√©t√©o refait malheureusement des siennes depuis la sortie de la h√™traie-sapini√®re, √ßa devait √™tre le cas un peu avant mais nous avons s√Ľrement b√©n√©fici√© de l’√©paisse couverture v√©g√©tale de cette for√™t! J’attaque la simili descente vers la station de ski de ¬ę¬†La pierre¬†¬Ľ, la temp√©rature a bien chut√©, au ressenti, il est certain qu’elle est en dessous de 10¬į. Les Arres d’Anie sont compl√®tement bouch√©, nous souhaitions rejoindre le Cirque de Lescun aujourd’hui car c’est en fin de journ√©e que ce deuxi√®me petit s√©jour se termine et que Toto doit venir me r√©cup√©rer √† Lescun. Je prendrai une d√©cision arriv√© √† la station! √áa y est, on y est! Il n’est pas raisonnable par cette m√©t√©o de s’engager dans les Arres d’Anie, ce relief karstique est parsem√© d’une multitude de gouffres et le GR 10, le traverse en plein milieu, si je perds la trace √† un moment donn√©, je peux me mettre en danger. Allez, on arr√™te l√† pour aujourd’hui, on a tr√®s bien avanc√©, si on cumule les deux petits s√©jours, nous avons mis ¬ę¬†La Vanille des Pyr√©n√©es et moi, 6 jours pour parcourir ce chemin d’Hendaye jusque La Pierre. Il sera peut √™tre aussi plus facile pour moi de me faire d√©poser ici √† La Pierre pour reprendre notre chemin. Je d√©cide de me mettre √† l’abri dans les b√Ętiments de la station, au niveau de l’Office de Tourisme pour l√† aussi se s√©cher un peu et attendre Toto au sec car il ne sera l√† qu’en fin de journ√©e (Il n’est que midi!). La chance me sourit, je croise deux coll√®gues AEM (Accompagnateur En Montagne) ¬ę¬†Francis et C√©dric¬†¬Ľ, avec qui je vais pouvoir redescendre sur Oloron Sainte Marie pour attendre Toto et lui raccourcir aussi du coup le trajet. √Ä quand je ne sais pas! Mais j’esp√®re tr√®s vite pour reprendre ce r√©cit et cette Travers√©e des Pyr√©n√©es!

√Čtape 3: ¬ę¬†LA PEYRE DE SENT MARTIN – ¬†¬Ľ (La Pierre Saint Martin – Cauterets)

C’est par cette apr√®s-midi de journ√©e dominicale de cette fin de mois de juin que ¬ę¬†La Vanille des Pyr√©n√©es¬†¬Ľ et moi, nous nous faisons d√©poser √† la station de La Pierre Saint Martin par Toto et Didier (encore un √©norme MERCI √† vous deux, vous tous pour celle et ceux qui sont pas nomm√©s ici et qui ont contribu√© √† la faisabilit√© de cette Travers√©e!) Je finis de pr√©parer mon sac, et nous voil√† tranquillement √† nouveau sur ce chemin, l’id√©e en cette fin d’apr√®s-midi est d’effectuer un petit d√©placement afin de se mettre dans ¬ę¬†la verte¬†¬Ľ et passer cette premi√®re nuit. C’est au Plateau de ¬ę¬†Pescamou¬†¬Ľ, toute proche du site d’escalade (√† ma connaissance) que notre petit camp est install√©, je ne tarde pas √† me gloutir dans mon duvet, la semaine va √™tre charg√©e et il est judicieux de bien se reposer en vu de cette longue √©tape! Et oui nous partons pour cinq nuit√©es et six jours de marche, pas de pr√©vision pr√©cise comme depuis le d√©but de cette Travers√©e, on avance comme bon il nous semble, les rencontres, la fatigue, la difficult√© √† franchir en fin de chaque journ√©e, l’envie du moment, nos ami(es) qu’on peut croiser sur ce long chemin surtout que nous entamons cette semaine la portion o√Ļ nous avons comme en ¬ę¬†Euskal Herria¬†¬Ľ nos petites habitudes montagnardes… C’est avec cette approche que nous souhaitons aborder ce chemin, pas de pr√©vision pr√©cise, c’est tout qui d√©cide de nos haltes.

Nou l√© trankil dann nout ti tant’! ¬ę¬†Ani¬†¬Ľ i v√®y si nou dopi son toi dan so gran pant’, pangar mov√© tan i rant’! ¬ę¬†Aou m√®m¬†¬Ľ domin nou tant’*

*On est tranquille dans notre petite tente! Le ¬ę¬†Pic d’Anie¬†¬Ľ veille sur nous depuis son toit dans la grande pente, √† veiller √† ce que le mauvais ne rentre! ¬ę¬†Toi m√™me¬†¬Ľ que demain nous essaierons de rejoindre.

L’id√©e premi√®re √©tait de r√©aliser l’ascension du ¬ę¬†Pic d’Anie¬†¬Ľ en d√©but de journ√©e, superbement plac√© par rapport au point de reprise du chemin (La Pierre Saint Martin). Le brouillard matinal tr√®s √©pais, une ambiance et une pr√©vision m√©t√©o ¬ę¬†humide¬†¬Ľ nous fait renoncer √† cette √©ventualit√©! √áa aurait √©t√© un √©norme plaisir de rendre visite √† cette Dame, ce sera pour une prochaine fois! C’est en cheminant donc sur le GR10, que cette petite semaine s’entame, au milieu des ¬ę¬†Arres Planere¬†¬Ľ, dans cette ambiance duveteuse et solitaire… que nos yeux s’√©carquillent √† nouveau, nos oreilles remettent de l’attention √† une √©coute de la nature! En deux mots: Un r√©gal! Apr√®s √™tre pass√© au Pas de l’Osque nous entamons cette longue descente vers le refuge de l’Ab√©rouat dans un premier temps, puis vers Lescun. Une petite halte en son seing, un morceau de brebis chez le berger du village de Lescun et nous voil√† d√©j√† dans l’autre pente, √† l’assaut du Col de Barrancq. Le ciel ne se d√©gage pas, il n’y a pas de pluie mais la bruine d’altitude est constante et p√©n√©trante! Les pieds sont mouill√©s tr√®s rapidement et depuis le d√©but de cette Travers√©e c’est une certitude, je d√©teste avoir les pieds dans ces √©tats d√®s le matin. La Travers√©e du Pays Basque Nord s’est faite en basket de trail mais je l’avais regrett√© pour cet aspect tr√®s d√©sagr√©able cit√© juste avant. J’avais opt√© donc pour ce nouveau d’emporter des chaussures √† tige haute, qui devenait aussi indispensable par la difficult√© du terrain avec les longues portions min√©rales que nous allions dor√©navant traverser! Cela n’emp√™chera pas malgr√© tout, √† cette d√©sagr√©able sensation, qui finit aussi par affecter le physique.

So matyn nou pran lo tan pou asiz in ti linstan dann so étré, antrin ogard ti vilaz (Lescun) oté! I fé bon respyr lèr fré, Anou ek nou mèm, sa la montane nou ièm!*

*Ce matin on prend le temps pour s’asseoir un court instant dans cette h√™traie, En train de contempler ce petit village (Lescun)! Il fait si bon de respirer cet air frais, en harmonie avec nous m√™me, c’est cette montagne l√† qu’on aime!

C’est jusque la petite bourgade aspoise de ¬ę¬†Borce¬†¬Ľ qui f√Ľt aussi une cit√© m√©di√©vale, que nous poursuivons tranquillement notre chemin et faisons une halte ¬ę¬†boisson d√©salt√©rante¬†¬Ľ pour ne pas dire ¬ę¬†bi√®re¬†¬Ľ! Un court et sympathique √©change avec toute cette petite bande qui comme nous sont sur cette Travers√©e. On se souhaite mutuellement, un excellent moment de GR10 et d’un possible bout de chemin ensemble dans les jours √† venir. Quant √† nous, un petit bond √† environ deux kilom√®tres de l√† pour aller se poser sur les rives du Gave d’Aspe pour y passer cette deuxi√®me nuit. Fred m’avait dit de l’appeler lors de mon halte ici, c’est chose faite apr√®s la douche rafraichissante dans les eaux limpides et revigorantes du Gave. On d√©monte le camp et c’est chez lui √† Urdos que nous irons partager cette soir√©e, un super moment en Vall√©e d’Aspe! Le lendemain, ragaillardi de cette bonne nuit√©e, nous entamons la journ√©e par le somptueux Chemin de ¬ę¬†La M√Ęture¬†¬Ľ, par l√† o√Ļ des hommes et des b√™tes, ont d’abord fa√ßonn√© cette galerie sur cette face du P√®ne de Lamoun√©d√®re et au dessus des Gorges d’Enfer et du Secoue. C’est durant le 18√®me si√®cle, que ce chemin connu son apog√©e, par l’exploitation de la for√™t du Bois de Pacq au dessus, et celles environnantes afin de parer aux besoins de la Marine fran√ßaises pour gr√©er la flotte. Surement l’humidit√© de ces derniers jours, mais depuis quelques heures, j’ai une impression bizarre au poser de mes chaussures! Je d√©cide de me poser un instant et v√©rifier √ßa, la constatation confirmera bien la sensation! Mes chaussures que j’ai faites r√©parer vont malheureusement pas tarder √† d√©gueuler! Heureusement que j’ai pr√©vu dans mon sac du scotch de r√©paration, quelques tours autour du pied afin d’essayer de rejoindre au moins, le point souhait√© en cette fin de journ√©e! Il faudra r√©it√©rer cette ¬ę¬†manoeuvre¬†¬Ľ plusieurs fois, pour atteindre comme convenu la Centrale √©lectrique d’Artouste, au dessus de Gabas. Heureusement la portion travers√©e, dont les fameux lacs d’Ayous, n’enl√®veront ¬ę¬†EN RIEN¬†¬Ľ, tout le charme et la beaut√© de ces terrains de montagne ossalois travers√©s!

                                      

Bersau, Casterau… aou, azot m√®m i rann not zi√© dou! √Č sa a sak kou ke mi vien war ou. Domoun i vyen d’partou, pou esey anbrass aou, out zoli zou, bl√©, gri, oranz√©, rouz… zot koul√®r, i klinn bana touzour d’zoli zi√© dou!*

*Bersau ¬ę¬†Bersaou¬†¬Ľ, Casterau ¬ę¬†Casteraou¬†¬Ľ,… toi, vous m√™me qui me rendez les yeux p√©tillants! Et cela √† chaque fois que je te rends visite. Les gens viennent du monde entier et des quatre coins de France, pour tenter de t’embrasser, ces si jolies joues, bleux, grises, orang√©es, rouges… leurs couleurs les renvoient toujours des jolis yeux doux!

Arriv√© √† Gabas, le temps de remonter vers la Centrale et d’installer notre petit camp pour la nuit au bord du Gave de Brousset, il temps ¬ę¬†URGENT¬†¬Ľ d’activer les contacts de la Vall√©e (Ossau) afin de trouver une solution pour palier √† ces chaussures plus que d√©faillantes! Un grand ¬ę¬†MERCI¬†¬Ľ √† vous toutes et tous, Amandine, Jos√©, David, Pierre, ce gentil Monsieur (qui m’a emmen√© en STOP vers Laruns) et le magasin ¬ę¬†Locaski Outdoor Laruns¬†¬Ľ, sans qui je n’aurai pu repartir sur cette Travers√©e, aussi rapidement que vous me l’aviez permis.

Une descente ¬ę¬†express¬†¬Ľ en ce d√©but de journ√©e √† Laruns pour opter pour de nouvelles chaussures (toutes neuves! Et heureusement d’un tr√®s bon choix, elles ne m’ont pas fait mal aux pieds jusque Cauterets m√™me si elles √©taient neuves!). Et c’est √† peine √† 10H00 que je suis d√©j√† sur ce long chemin en direction du Plateau de C√©zy et le Col de la Hourquette d’Arre, pour mon prochain arr√™t au Refuge CAF de Gourette (o√Ļ Jos√© m’a conseill√© de faire une petite halte! Je recroiserai David et Pierre (apr√®s la rencontre inopin√©e du matin √† Laruns avec ces amis de la Vall√©e et bin√īme attachant d’Accompagnateurs En Montagne avec qui j’avais fait un bout de route pour remonter de Laruns jusque la Centrale d’Artouste) au dessus du Vallon de Soussou√©ou et nous d√©cidons de partager un bout de chemin, de bonnes parties de rigolade et de fous rires jusqu’√† la ¬ę¬†Cuyala¬†¬Ľ de Hourtanet. Nous continuons quant √† nous, La Vanille et moi, notre chemin vers le Vallon du Valentin. Malgr√© un temps mitig√©, la descente vers le lac d’Anglas et jusque Gourette fut tr√®s sympathique! Je d√©cide donc d’aller qu√©mander une petite place aupr√®s de Mill√°n, au Refuge CAF (Club Alpin Fran√ßais) de Gourette fraichement r√©ouvert et tenu par ce jeune couple passionn√© de montagne comme nous! Cela a suffit √† ce que ces instants soient un vrai bonheur et un bel √©change!

Une petite nuit r√©paratrice avec le confort du refuge, un bon petit d√©jeuner et nous voil√† reparti en direction du Col de Tortes, puis de Sauc√®de dans le Cirque du Litor. La rencontre la veille au refuge avec Benoit (In marmay Tampon – Ile de la R√©union) nous fera √©changer ce bout de chemin jusqu’√† Arrens. Nous √©changeons un bref repas √† la passerelle en pierre chevauchant le Gave d’Arrens, je d√©cide d’avancer vers Estaing dans l’id√©e peut √™tre de prendre la variante vers le Pic de Predouset. Arriv√© √† son pied, je me rendrai compte que cette fameuse variante est la trace emprunt√©e un an auparavant avec les ados de la Maison des Jeunes de Bill√®re. Je d√©cide alors de rester sur le GR10 en bas pour emprunter une trace nouvelle pour nous! C’est en milieu d’apr√®s-midi que nous rejoignons le village d’Estaing, le temps n’√©tant pas au beau fixe, j’opte pour le gite d’√©tape ¬ę¬†Les Viellettes¬†¬Ľ d’un accueil fort sympathique.

                 

Dann brouyar nou avans san war! In not lanbians, in not trans! Ek la natyr, nora touzou in lavnyr! Marmay domin, azot tras so nouvo somin!*

Dans le brouillard nous avançons sans voir! Une autre ambiance, une autre transe! Avec la nature, il y aura toujours un avenir! Vous les enfants de demain, à vous de tracer ce nouveau chemin!

Ce repas tous ensemble pour les ¬ę¬†GRtistes¬†¬Ľayant choisi cette escale, au restaurant des proprios du G√ģte d’√Čtape ¬ę¬†Les Viellettes¬†¬Ľsitu√© proche du lac d’Estaing, est l’occasion de retrouver Gilles. Un arpenteur lui aussi du GR 10, rencontr√© √† plusieurs reprises quelques jours plut√īt. Nous d√©cidons de repartir ensemble le lendemain jusqu’√† Cauterets, pour moi la fin de ce petit p√©riple d’une semaine que je m’√©tais accord√© (en ad√©quation avec les possibilit√©s familiales) pour continuer un bout, sur ce fameux chemin. Un r√©veil tr√®s matinal et un petit d√©jeuner express et nous voil√† parti! Le brouillard semble pas vouloir se lever pour cette derni√®re journ√©e, on va pas se plaindre, il n’y a pas de pluie! Le c√īt√© le plus d√©sagr√©able pour moi depuis le d√©but de cette Travers√©e, a √©t√© cette ros√©e matinale trempant compl√®tement les chaussures √† peine parti et de ce fait, des pieds tremp√©s pour toute la journ√©e ou pas loin. Un soleil se pointant en cours de matin√©e a permis quelques fois de me faire s√©cher les pieds mais ce ne fut pas le cas tout le temps. Le plus d√©sagr√©able l’a √©t√© en ¬ę¬†Euskal Herria¬†¬Ľ (Pays Basque) o√Ļ j’avais opt√© pour des baskets de Trail, et l√† ce fut tr√®s d√©sagr√©able durant une grande partie de sa travers√©e pour cet aspect l√†, mais cela n’a rien e,nlev√© √† la beaut√© et au charme de ce si beau pays que j’aime tant!

                 

Mi pansé artrouve ali byento! Ali mèm gran sentyé la! Mé sar pa sito! Travay ek la fami la pass par la! Mi di aou tanto, lo sak si mon do pou arnyr war ou byento! Pa zordi pa domin nou va arkrwaz lo pa pou artrouve anou tèrba!*

*Je pensais te retrouver bient√īt! Lui m√™me ce grand sentier l√† (GR 10)! Mais ce sera pas de sit√īt! Le travail et la famille¬† sont pass√©s par l√†! Je te dis √† tr√®s vite, le sac sur mon dos pour revenir te voir bient√īt! Pas aujourd’hui, pas demain on recroisera nos pas pour nous retrouver l√†-bas! (La fin du chemin: Banyuls)

On emboite le pas vers le Col d’Ilh√©ou, la mont√©e est longue mais le jour n’√©tant pas encore lev√©, nous permet d’enrayer cet aspect ¬ę¬†longuet¬†¬Ľ! C’est donc d’un bon pas que nous rejoignons dans un premier temps les Cabanes d’Arras, puis dans un second, le refuge d’Ilh√©ou. Nous choisissons de faire une pause en ce lieu, d’un charme incontestable. La vue sur le lac ne viendra pas magnifier cela par cet √©pais brouillard ayant d√©cid√© de s’agripper √† lui! Un bon moment de discussion autour d’un caf√© bien chaud avec l’aide gardienne du refuge, ayant choisi ce lieu pour un bel et paisible √©t√©, nous fera passer une bonne heure dans cet √Ętre si chaleureux! Il est tant de reprendre le chemin vers Cauterets o√Ļ j’ai d√©cid√© de clore ce petit s√©jour d’une semaine.Je ne me lasse de ces longues travers√©es, de ces moments solitaires et partag√©s, OUI j’aime la montagne! Ce ne sera pas cette ann√©e que je pourrai terminer ce chemin, des imp√©ratifs professionnels et familiaux font que je ne pourrai reprendre le chemin en 2020, reculons pour mieux continuer! Et je crois m√™me qu’apr√®s cela il sera tant de le penser et de le concr√©tiser par la HRP!!

Un √©norme ¬ę¬†MERCI¬†¬Ľ √† ma femme, de me permettre ces longues escapades!!