Peu de temps à consacrer à l’écriture de cet article depuis nôtre retour de ce petit périple dans le Val d’Azun. Comme l’année dernière, mes nièces m’ont réitéré leurs désirs de revenir arpenter les sentiers pyrénéens. Nous sommes au mois d’avril et c’est vrai j’ai le temps pour prévoir cette petite escapade. Malheureusement, comme pour tout le monde je crois! Le temps passe vite et nous arrivons à la fin du mois de juillet et l’échéance est dans une quinzaine de jours: nous savons tous, Isabelle, Vanille, Angélique, Katia, Lysie, Antonin et moi même que nous partons en direction de nos “Belles Pyrénées”, mais où?!! Il est temps d’ouvrir les logiciels de “cartographie” et de leurs concocter un petit séjour répondant à leurs attentes à tous! L’année dernière nous étions au pied du Pic du Midi d’Ossau car elles souhaitaient pouvoir contempler pleins de lacs et cette année, ils voulaient tous encore une fois opter pour un choix de séjour où ces “merveilles” des Pyrénées seraient encore sur nos traces! Mon choix, nous irons dans le Val d’Azun, d’autant plus que moi aussi je serai en découverte dans ce coin des Pyrénées Centrales !

Nous arrivons donc la veille sur ma décision, dans les environs du Plaa d’Aste afin de pouvoir démarrer la randonnée le lendemain en étant au pied du sentier et s’enlever la fatigue liée au long trajet des Landes vers les Pyrénées et le réveil plus qu’aux aurores! Cette option sera appréciée de tout le monde, la petite soirée autour du feu fût bien sympathique.

Lac de Suyen

Lac de Suyen

Une bonne nuit en tente et nous voilà tous le lendemain les sacs sur le dos prêts à randonner! Nous partons tranquillement de la Maison du Parc, au pied de la sapinière de Bedout et nous voilà en direction du Lac de Suyen. L’objectif de cette journée est de rejoindre les environs du refuge “Larribet” où j’ai choisi de planter les tentes pour la 1ère nuit. De belles découvertes tout le long du parcours, je retiendrai le Lac de Suyen, les Toues de Doumblas et de Larribet (abri naturel sous roche que les bergers utilisaient à la fin du 19ème et début du 20ème lors de leurs nuitées en “estives”). Celles du Val d’Azun sont tout simplement magnifiques! Nous arrivons enfin en fin d’après midi dans les environs du refuge, le temps de chercher un emplacement adéquat afin d’installer notre campement, malgré que nous soyons dans les limites du Parc National, nous sommes à plus d’une heure du 1er parking de voitures ce qui nous autorise à camper.

Le camp est montĂ©, il est l’heure d’aller apprĂ©cier une bonne petite bière au refuge, un coca pour d’autres…

Refuge Larribet

Refuge Larribet

La nuit est réparatrice, les sacs du coup allégés, nous voilà en direction des Lacs de Batcrabère et de Micoulaou. Avec Antonin nous ferons une petite virée vers la passe au dessus des Lacs de Micoulaou. La progression dans les blocs étaient difficiles, mais la beauté et la vue sur les plus hauts pics là haut était tout simplement magnifique. Nous entamons la descente après le repas aux abords du Lac de Batcrabère, la baignade s’est imposée également !

Lac de Batcrabère

Lac de Batcrabère

A la descente je passerai volontairement par la brèche de la Garenère, il faut faire un peu plus attention mais ça en valait bien la peine. Nous passons nĂ´tre 2ème nuit toujours sur le mĂŞme emplacement. Nous choisirons de nous faire un petit plaisir en prenant le repas du soir au refuge (MERCI Ă  StĂ©phane, sa femme et son Ă©quipe pour leurs accueils, leurs conseils…).

Vallon et Pic de Palouma

Vallon et Pic de Palouma

L’effort consenti la veille permettra à tout le monde de trouver quelques heures de sommeil malgré l’inconfort du lieu, on est en montagne!! Il est temps de plier le camp et de rejoindre le Plaa d’Aste où nous avons garé les voitures. Nous redescendrons par le même vallon que la veille, le tour par les Lacs de Batbielh, d’Artouste et de Miglouéou était beaucoup trop long pour être tenté par tout le groupe d’où mon choix de redescendre par le même sentier que la veille. Nous essuierons quelques légères gouttes mais la beauté des paysages étaient là pour gommer et sécher celles-ci! Arrivée dans les environs du Lac de Suyen, je choisis de finir l’itinéraire par le Bois des Masseys, bien plus sympathique que le GR.

NOUS ALLONS OU L’ANNÉE PROCHAINE ?!!! Merci à vous tous pour ces quelques jours de montagne forts bien sympathiques !